Archive for the ‘Tartes salées’ Category

association d’idées. Avoir faim+avoir froid+passer à la télé= tarte courgette, raclette et cumin

Dimanche 25 octobre, 21h25, 5°C, raclette entre amis
« Elsa tu peux passer le fromage fumé steup? »
« Eeh qui c’est qu’a fini le Gewurtz?! »
« des patates! des patates !! »

 

Lundi 26 octobre, 9h32, 4°C, matinée tv
« ding dong, on vient pour le reportage sur les tartes! »
 » groumf…où sont mes yeux…dodo… »
« Mais oui bien sûr, j’vous attendais! je suis en pleine forme on s’y met? »


Pour une grosse tarte énorme qui réchauffe-sa-mère et fait le ménage dans votre frigo

 

Pâte brisée que tu peux pas la rater (n’est-ce pas Laurence)
-250g de farine
-125g de beurre
-1 oeuf
- sel

Sabler la farine et le beurre, loooonguement jusqu’à ce que l’on obtienne…du sable. Dingue hein?
Faire un puit, ajouter l’oeuf battu avec le sel, amalgamer, ne pas trop travailler, fraiser 2 fois (NDLR: appuyer avec la paume de la main, ou Googler le terme), mettre en boule puis en galette. Etaler, piquer, foncer le moule, réserver au frais.

 

Appareil à quiche universel:
-20 cl de crème liquide légère
-5 cl de  lait
-2 oeufs battus

-sel,poivre

 

Garniture du jour:
-fromage à raclette classique
-fromage à raclette fumé
-courgettes poêlées oubliées
-pommes de terre cuites épluchées
-cumin en grain

 

Préchauffer le four à 180°.
Précuire la pâte à blanc 5 minutes avec un poids (légumes secs sur papier cuisson), puis 5 minutes sans rien.
Disposer les éléments de la garniture, sauf le cumin, sur le fond de tarte. Mélanger le lait la crème les oeuf, ajouter le cumin en grain, assaisonner, verser sur le tout.
Enfourner pour 20 à 30 minutes.

 

Déguster bien chaud, accompagner de la sacro sainte salade verte, parsemée pourquoi pas de noix et noisettes concassées, humm, le tout arrosé d’une vinaigrette bien moutardée. Et là on se glisse sous la couette tirée jusqu’au canap, le gros roux sur les genoux (ps: ceci est mon chat), on finit son verre de Gewurtz (« merde mais il en restait alors? ») tisane et on digère. L’hiver est là.

Tarte carrément complète pour remise en forme sentimentalement nécessaire

Ok c’est les vacances. Ok il fait plus de 20 degrés (sic). Ok je mange des falafels mortels. Je me rends même compte à l’instant que j’ai la rime facile. Le bonheur quoi. 
Nevertheless, les temps sont rudes. VSPQ (va savoir pourquoi, ndlr), ilf faut qu’une saleté de mouche se pose sur ma soupe, ou, plus vulgairement mais non moins plus sincèrement, il faut qu’il y ait une couille dans le potage. Car comme le dit si bien Camille, il y toujours une couille qui traine quelque part.
Ceci étant dit, femme de mon état à tendance féministe, et volontaire quand Dieu je le veutx, je livre bataille contre les « couilles » (ndlr à nouveau: les pépins, les soucis, les emmerdes, pas les mâles par extension synecdotique, j’en suis pas rendue là tout de même.)

And so what? Je cuisine.  Ca règle rien, mais ça détend. Détente= état préalable nécessaire à toute réflexion psychologiquement ardue. And what do I cook? you wonder…Une tarte, méga complète, du genre qui te reboosterait un paresseux (la bête hein) maniaco-dépressif !

***

Pour une grande tarte rectangulaire:
préparation: 15 minutes
cuisson: ~40 minutes

une pâte à tarte HQNG: 140g de farine (mi blanche, mi complète)-40g de flocons d’avoine-1/2càc de sel-graines de sésame et pavot-herbes de provence-4càs d’huile d’olive-1/2 verre d’eau (à doser)
Mélanger tous les ingrédients secs puis ajouter l’huile peu à peu, compléter avec l’eau afin de former une boule. Etaler dans le moule, filmer et réserver au frais.

une garniture moultement fournie: 1/2 courgette râpée-1 grosse poignée de petits pois surgelés-200g de lardons-une petite botte d’oignons nouveaux-quelques pruneaux-10cl de crème liquide allégée-10cl de lait-2 oeufs-2càs bombées de ricotta-sel,poivre,muscade
Dans une poêle, faire suer les oignons dans un peu d’huile d’olive, quand ils sont fondus y ajouter la courgette. Faire cuire à feu moyen 10 minutes environ. A côté, faire revenir les lardons jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés, puis les égoutter. Cuire les petits pois à l’eau bouillante 5 minutes. Dans la poêle ajouter les lardons, les petits pois et les pruneaux dénoyautés coupés en morceaux.
Battre les oeufs avec le lait, la crème et la ricotta. Assaisonner. Verser la garniture sur la pâte à tarte, puis répartir le mélange précédant. Enfourner 35 à 45 minutes à 180°. Déguster chaud, tiède ou froid.


Bilan à dégustation J+2: La tarte est top, gustativement parlant. Ceci dit, je doute encore de ces vertus sentimentalo-aidantes concernant la « testicule » précédemment évoquée. En même temps, c’est qu’une tarte…Regalez-vous!!!

Tarte « santé », mais branchée, oignons nouveaux, petits lardons et pruneaux…et graines germées so fluo!

C’est mignon, c’est fluo, on dirait presque des bonbecs en mode tectonik tu vois- ou eighties/Inconnus si tu préfères, chacun sa génération, c’est cyclique les tendances d’façons-
Bref, ça a l’air innoffensif comme ça, autant que peut l’être un objet fluo et/ou à la mode soit dit en passant.
Parce que non seulement les graines germées c’est « overtendance » chez les bio-addict, foddistas and co, mais en plus ça se permet de revêtir les atours de la jeunesse dépravée d’aujourd’hui (hum oui, celle qui assume le slim rose version homme, la crête verte sans connotation « no future » -hérésie!!!-et une bande son…pfiou la bande son…).
Donc, c’est joli, c’est tendance, c’est branché, voire « hype » si on pousse le bouchon (unpeutroploinMaurice oui oui on sait). Soit… Mais putain qu’est-ce que ça arrache !!! Enfin, personnellement j’aime beaucoup. Mais croquer les grains de poivre ou l’ail cru ne me pose pas trop de problèmes non plus à vrai dire.

Alors, succomberez-vous au charme de ces petites pousses de poireaux tueuses?? Si vous voulez plus d’infos sur ces choses bizarroides mais non moins gouteuses, je vous envoie direct chez Anaik, qui vous racontera sa vie branchée version « bo-bio » et donc, le commentqu’çamarche de tout ceci!

Si vous êtes encore sceptique, une salade verte fera bien l’affaire. L’affaire pour quoi déjà? Ah oui, mais oui, la tarte pardi! Donc nous disions:

Tarte dite « santé », mais surtout croustillante et très bonne, aux petits oignons nouveaux, pruneaux et lardons

Pour 1 tarte petit format (13cm de diamètre-multiplier par 2 le tout pour une tarte d’une 20aine de diamètre):

pâte HQNG: 70g de farine (mi blanche-mi complète)-20g de flocons d’avoine-1/2càc de sel-1càc de graines de sésame grillées-2càs d’huile-5càs d’eau: Mélanger la farine, les flocons d’avoine, le sel et les graines de sésame. Ajouter l’huile, puis l’eau progressivement et former une boule.Foncer le moule, piquer et réserver au frais. Préchauffer le four à 180°.

garniture: 5 oignons nouveaux moyen-5 pruneaux dénoyautés-100g de lardons « allumettes »-1 oeuf-10 cl de crème liquide allégée-un reste de ricotta (1à2 càs)-sel,poivre,persil: Faire fondre les oignons coupés en 4, avec un peu de leur tige, à la poêle dans un peu d’huile d’olive (10 minutes environ). Faire cuire les allumettes de lardons dans la poêle débarrassée des oignons. Découper les pruneaux en morceaux. Battre l’oeuf avec la ricotta et la crème, assaisonner. Répartir les oignons, puis les lardons et les pruneaux sur la pâte, recouvrir avec l’appareil crème/oeuf. Enfourner 30 minutes.

vinaigrette orange-miel: faire réduire le jus d’une demi orange avec le zeste. Ajouter un trait de miel liquide, puis émulsionner avec de l‘huile d’olive (2 càs) et une pointe de moutarde (facultatif). Saler, poivrer.

Servir la tarte chaude ou tiède, accompagnée une poignée de graines germées de poireaux assaisonnée avec la vinaigrette orange-miel.  Les réfractaires opteront pour une bonne salade mélangée de mesclun ou jeunes pousses.


ps: Toutes ces couleurs me font me rendre à une évidence fort désagréable, sentiment déjà vécu et optimisé par Melle Paslignac, auquel je me dois de remédier au plus vite: je suis blanquette. Enfin pas lavabo javelisé non plus, j’ai de la chance dans les gènes. Mais en effet, pour un 26 juin, on a fait mieux. Surtout que cette pâte à tarte toute dorée  me nargue ouvertement. Dont acte: je décolle (enfin je…merde ça fait quoi un TGV, ça roule, ça glisse??) demain à l’aube pour le Sud. Soit, c’est pas les Baléares, j’vous l’accorde. Mais 1) y’a la mer 2)y’a le soleil sans la pollution -autant que faire se peut- 3)y’a un chef cuisto qui va nous régaler comme c’est pas permis 4) y’a pas de démonstrations de tektonik(tamère) dans les rues, et ça, vous conviendrez que ça aide au bien-être physique et mental. Chais pas si ça favorise le bronzage, mais suis pas loin d’y croire.
nb: je suis pour le port du fluo…mais dans mon assiette strictement. Toutes les modes ont leurs fautes de goût hein.

 

Réviser ses classiques…n°4: le cake salé. Mais bien revisité le cake…léger, sucré-salé, j’en passe et des meilleurs!

A la base, ça me botte moyen les cakes. Les cakes en général d’ailleurs. Que ça soit le classique aux fruits confits, le « in » au citron/pavot, le tradi lardons/olives, le veggie/bio/santé aux flocons d’avoine et légumes oubliés, je finissais toujours par tirer à peu près le même constat, après en avoir englouti une tranchette: un chouilla gras ou du moins huileux, ou au contraire suprasec, etouffe-chrétien athée, bourratif… Bref, le cake et moi, on n’était pas franchement potes.

On n’ était. Car nos relations ont fortement évolué depuis. Quand j’avais testé le cake sucré au fromage blanc (à la pistache, vanille et fruits rouges), y’avait déjà un vent de réconciliation dans l’air. C’est devenu une véritable bourrasque avec celui-ci. J’ai pris la même base: 2 oeufs, du fromage blanc. Et des dizaines de petites choses qui n’attendaient que d’être réunies.

Et finalement je me dis que ce n’est pas plus mal que la fête des voizinzin soit tombée à l’eau. Enfin que l’eau soit tombée sur les voisins pour être plus exacte. Parce du coup j’ai pu en manger au moins trois parts (sans mourir étouffée) et le  faire goûter aux copines.

Pour la base: 150g de fromage blanc (20%, 0%, comme vous voulez!)-150g de farine-1 sachet de levure chimique-2oeufs-1càs d’huile d’olive-sel-poivre.
Préchauffer le four à 200°. Battre les oeufs avec le fromage blanc, ajouter la farine et la levure tamisées, l’huile, le sel et le poivre. Ajouter les ingrédients* choisis et enfourner 35 à 45 minutes. Laisser refroidir, démouler et manger chaud, tiède ou froid.

NB: le cake se congèle très bien. Petite astuce qui vaut ce qu’elle vaut (n’est-ce pas Noémie, si tu veux pas te retrouver à scier ton cake congelé pour dégoter une micro-part): découper le cake en parts individuelles avant de le congeler. (dans un tupper ça marche très bien; glisser une lame fine entre les parts pour les séparer une fois congelées).

*Pour ce cake précisément, my favorite one : 70g de feta- 1 petite poignée (à chaque fois) de: tomates séchées marinées, olives vertes, pignons grillés, raisins secs, poivron rouge grillé, basilic frais, menthe fraiche- 1càc de thym séché

 
+++ Comme les grands esprits se rencontrent, picolent et picorent ensemble: des cakes aussi chez Omelette:au poulet et curry -au jambon et pruneaux
+++ Un cakothon tellement léger qu’il part en 10 minutes chrono chez Noémie
+++ Un cake absolument pas light, mais terriblement tentant. Brie et échalotes, je vous dis que ça, mais Aurélie vous en raconte bien plus.

je me sens pousser des envies de tarte santé… pâte HQNG, garniture poireaux-chèvre frais, sésame toréfié et pavot

Je ne sais pas si ce sont les séquelles d’une dégustation oenologique de la veille ou bien la vue de mon teint dans le miroir ce matin, mais quoi qu’il en soit, y’ a un truc qui me pousse à agir là… J’ai des envie de légumes, de bio, de bon, bref: je cours après ma santé. Allez pas croire que je suis à l’agonie non plus, c’est juste que les pâtisseries et le vin ce n »est pas vraiment ce que l’on fait de plus efficace question apport nutritionnel.

Comme je suis également soucieuse du bien-être de mes concitoyens, en particulier du concitoyen qui vit à mes côtés, je nous ai concoctés une petite tarte pour deux, pas vraiment bio car il fallait négocier avec le contenu du frigo mais pleine de bonnes choses quand même: des céréales, du chèvre frais, des poireaux, des graines… Je lui parlerai de ma théorie santé/vitalité après coup bien sûr, car j’ai pu remarqué que, d’un point de vue masculin, ce n »est pas franchement l’argument qui fait mouche. Mais vu que c’est trop bon, après dégustation il ne pourra qu’adhérer au principe.

Pour une tarte de 13cm de diamètre:
la pâte HQNG(issue d’un blog sublime, allez vous y balader!): 70g de farine-20g de flocons d’avoine-1/2càc de sel-1/2càc de graines de sésame blond-1/2càc de graine de pavot bleu-2càs d’huile d’olive-3 à 5 càs d’eau
la garniture: 3 petits blancs de poireaux-2 petits chèvre frais (ceux vendus par 10 en général)-5cl de lait ou lait de soja-5 cl de crème liquide légère ou crème de soja-1 oeuf-sel,poivre,curry,origan

Préchauffer le four à 200°. Faire griller les graines de sésame à sec dans une poêle.
Mélanger la farine,les flocons d’avoine, le sel et les graines. Incorporer l’huile puis l’eau pour former une boule. Étaler dans le moule et réserver au frais.
Couper les poireaux en petits tronçons et bien les rincer. Les faire suer environ 10 minutes à la poêle dans un peu d’huile d’olive. Battre l’oeuf avec le lait et la crème, assaisonner et ajouter le chèvre émietté.
Disposer les poireaux fondus sur le fond de tarte, puis verser le mélange oeuf/crème.  Parsemer de quelques graines de sésame s’il en reste. Enfourner 30 minutes à 180/200°.
Servir avec une bonne salade verte ou un mélange de jeunes pousses. NB: précédé d’une petite soupette bien chaude, carotte-coco par exemple, c’est le pied.

Verdict:
juste ce qu’il nous fallait. Je suis une inconditionnelle de cette pâte à tarte, extra croustillante et très savoureuse, à varier selon les garnitures. On peut y ajouter du persil, de l’origan, du thym, du curry en poudre, varier les graines, ou encore y ajouter du parmesan râpé:excellent avec des tomates!

Parce qu’on NAVET que ça au frigo…et que ça l’a fait grave! Tatin de navets, donc, au thym et en feuille de brick

Qui a dit que seuls les mioches enfants avaient en horreur certains légumes qu’ils aiment à catégoriser en fadasses, dégueulasses ou que sais-je encore de bien ragoûtant en « -asse« ?
(ah ah très drôle je vous vois d’ici….)

Aurait-on oublier que ces Messieurs aussi ont parfois le palet bien délicat?? Dans le genre…

-AAaah…mais je t’avais pas dit que je DÉTESTE le navet moi?

Bon…Bin là autant te l’avouer tout de suite, on est carrément mal, parce que j’ai exactement que dalle en réserve, même pas une carotte à râper ou une patate à sauter!

-Bon bin…on va goûter alors…

Et là… c’est le drame... Pouahahaha je blague voyons! C’est absolument prodigieux, que dis-je stupéfiant, miraculeux même! Un truc méga bon, genre divin (encore, ça frise le harcèlement là…).

Ce qui le prouve? Cette petite phrase, rien que cette petite phrase:

-Tu sais quoi…j’en aurais bien mangé deux !

Malheureusement, je vous le rappelle, le frigo était sinistrement désert à cette heure-ci, alors après ma mince razzia sur les navets esseulés et 2 feuilles de brick oubliées là, impossible de réitérer l’exploit! (pour le moment …)

Comment faire manger du navet à un enfant amoureux récalcitrant

recette très inspirée de celle de Claire-Emma, du Sens du Goût

(pour 2 tartelettes)

-2 feuilles de brick
-5 ou 6 petits navets
-1càs de miel
-10g de beurre
-1càc de thym séché
-jambon de pays (facultatif, rien que pour lui, ma version nature était extra telle quelle!)
-un chouilla d’emmental râpé
-huile d’olive (pour les bricks)

-Découper les navets en rondelles de 3 ou 4 mm d’épaisseur, et les faire cuire 10min à l’eau bouillante
-Fondre le beurre et le miel dans une grande poêle, ajouter le thym et les rondelles de navets bien à plat si possible
-Laisser dorer une vingtaine de minutes en les retournant régulièrement. Saler et poivrer.
-Superposer les 2 feuilles de brick, les plier en 2 (on obtient 4 épaisseurs donc), et couper 2 cercles de la taille de moules à tartelettes (dans l’épaisseur). Huiler les cercles individuellement et les re-superposer par 4.
-Disposer un disque de papier sulfurisé dans chaque moule, disposer les navets en rosace, parsemer d’emmental (et de lamelles de jambon si l’on veut) et recouvrir avec les feuilles de brick.
-Enfourner 10 minutes à 180°, jusqu’à ce que les bricks soient légèrement dorées.

A savourer chaud ou tiède, et même froid soyons fous ! (But, vues la météo et la couleur de mes orteils, je garde l’option « à la sortie du four » pour le moment!)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...