Eat me baby one more time // Manfred, Copenhague

I fuckin’ love you, Manfred team ! Je ne saurais trop vous dire si c’est pour la boule à facette dans la cave à vin, l’incongruité de Britney Spears en fond sonore, ou les choux de Bruxelles délirants …

On commençait à comprendre qu’il se passait des trucs, coté bouffe, à Copenhague. Le FiskBar de la veille par exemple, nous avait  mis la puce à l’oreille. Le Noma du lendemain allait achever de nous convaincre.

Entre les deux, il y a eu Manfred, le penchant « bistrot » de Relae, mon gros kiff du séjour. Tu sais, cet endroit qui ne paye pas de mine, mais un peu quand même, et qui t’envoie dans l’assiette de la perfection sans crier gare.

Comment tu arrives là? allez, laisse moi te raconter un peu Copenhague.

Déjà, tu notes bien qu’on est le 13 décembre, qu’il fait moins 4 degrés, et qu’il y a des filles en moonboots sur leurs vélos. Ici on n’a pas peur de traverser la ville à la force des pédales, qu’il vente ou qu’il neige, ou les deux. Tu t’adaptes, et mets les 3 paires de chaussettes prévues pour 3 jours. En une fois. Et, comme quand tu partais en classe de neige, check ta valise avant de partir: bonnet, gants, écharpe, citrate de bétaïne, doliprane 1000.
C’est good, tu ressemble à ça?

Trouves toi un bon AirBnB, parce que les hotels à CPH, c’est cher et c’est moche. Alors que tu peux te dégoter une piaule hyper moelleuse chez des gens trop sympas qui te refileront leurs bons plans (les VRAIS bons plans, pas ceux du Routard, ce vieux hasbeen réac et sans goût).

File donc traînasser dans le quartier de Norrebro, un peu branchouille un peu pourrav’, comme tout néo quartier hype qui se respecte. Sur un immense boulevard gris, 10 salons de coiffures au mètre carré, 2 boutiques de produits bio, 5 magasins de manteaux de ski. Des kebabs aussi, oublie pas les kebabs. Mais, dans quelques perpendiculaires, le miracle. Un truc hyper chouette à CPH: quand tu marches dans la rue, le rez de chaussée est en entre sol en fait. Tu me comprends? En gros, tu dois toujours descendre 3 marches pour t’enfoncer dans un bar ou une échoppe, ça donne tout de suite un truc mystérieux où tu as envie d’aller fourrer ton nez. Et c’est assez marrant de faire du lèche vitrine les yeux rivés au sol. Donc, dans les petites rues de Norrebro, tu découvres un max de shops attrayants: créateurs, petites marques qui montent. Avec un gros + pour les bijoux et objets déco/design. Evidemment, tu ne sais pas quoi choisir. Et comme le prix lui, est vachement moins sympa, garde tes couronnes pour le gros chocolat chaud de la survie.

Oui, car après 20 à 30 minutes de marche, tes orteils commenceront à te faire des signes. Si tu ne les sens déjà plus, il est presque trop tard, et j’espère que quelqu’un aura la bonté de te porter jusqu’au canapé du Rétro Café. Un non-profit café, qui te propose de glander dans ses fauteuils vintage, tout en écoutant de la bonne musique et en buvant un chocolat de la mort. Si tes super hôtes d’AirBnB ne t’avaient pas encouragé à marcher jusqu’à cette rue au milieu de nulle part, tu serais probablement entassé au NordenKafé, là où des tartes au fraises se meurent en vitrine en décembre, attendant d’être inconsciemment dévorées par une horde de touristes sortis des grands magasins.

Dans tout Copenhague, il y a une culture du sweet coffe shop qui me laisse rêveuse. A Paris, il te faut probablement traverser la ville pour dégoter un endroit confortable où tu peux squatter 3 heures en buvant un VRAI café, ou un VRAI chocolat, avec du lait dedans et même du chocolat dis donc. Sinon, pour 3 euros en terrasse soi disant chauffée, tu te contentes d’un expresso merdique surmonté d’un semblant de mousse de lait sans texture (on appelle ça une « noisette » apparemment), en te tortillant sur ton siège en osier qui te transperce les cuisses. Et le mec veut t’encaisser illico parce qu’il n’a pas que ça à foutre et qu’en plus sourire ça lui ferait sûrement mal où tu sais.

Bref, retour à CPH: tu n’es pas mort, tes orteils sont gentiment posés sous un plaid au café Rétro, la chantilly home made commence à fondre dans le chocolat, tu admires tes nouvelles moufles. Il est 16h12 et la nuit est tombée, on te dirait bonne nuit et c’en serait fini de toi.

Sauf que dans ton cercle d’amis, on a quand même bien pris soin de te rôder le séjour, au cas où tu te laisserais mourir de faim ou d’ennui. Alors à 20 heures, tu as rendez-vous chez Manfred. Ah oui, ça laisse carrément le temps pour la sieste en fait.

20h, toujours la même rue, toujours la même neige, mais une dalle de cingloss. C’est parfait. Solfinn-sommelier chef de salle et plus encore- a quelque chose pour toi. Comme un menu carte blanche sur lequel tu n’as pas ton mot à dire, et ces petites boutanches secrètes qu’il a bien envie de te faire goûter. Tu peux bien évidemment choisir à la carte, ne prendre qu’un verre au bar si tu as d’autres chats à fouetter.

Derrière son tablier en cuir, Solfinn agite le tire bouchon avec son petit sourire en coin, pendant que l’assaut commence à table: anchois-citron-huile, à picorer direct dans la box. L’huile trempée dans le pain, l’anchois posé sur l’huile, le quartier de citron croqué. Mégawesh. Pas le temps de riposter, ça tombe en rafale. Oignon confit, huile d’herbes. Tartare de la mort, cresson, crème. Baston pour savoir qui finit l’assiette. Choux de bruxelle, pomme, vinaigrette au bacon. Air débile et/ou hystérique, satisfaction, applaudissements, on est bien.

Ah oui, pendant ce temps, les godets se suivent et ne se ressemblent pas. Je suis actuellement activement à la recherche du mail de Solfinn pour qu’il me forwarde ce qu’il nous a mis dans le gosier. J’ai zappé les photos « pour mémoire », et j’en ai carrément les boulasses.

On continue?

encornet, poireaux, frisée, vinaigre again, vinaigre always ! L’acidité que j’aime tant est partout, mais ne sort jamais sans son gras. C’est du genre « vif et gourmand ». Ouais ouais j’assume tellement pas l’expression que je t’y colle des guillements, mais c’est vraiment ça Manfred. De l’assiette qui te pique au vif, mais généreuse et bien huilée.

Encore?

Egg, mushroom, mushroom. Le sacro saint oeuf parfait, tout doux tout chaud avec sa garniture d’hiver. Comfort food in CPH.

C’est pas bientôt fini ?

Frites/mayo de ta mère, en mieux.: du salsifi burned and fried, une mayonnaise aux anchois. I love you CPH.

Non mais t’es sérieux?

Le boeuf/carotte. j’en connais un qui pleure encore pour en ravoir. C’est possiblement un peu l’histoire de la meilleur carotte de ta vie. Je sais j’éxagère. M’enfin goûte quand même, et dis moi si t’en as déjà mangées des comme ça.

Alors, t’as encore faim?

du super cheese, même pas la peine de venir te la raconter avec ton calendoss de français. Et parce qu’il faut voir comment ça se débrouille avec le sucre, la mousse au chocolat. Avec un passion curd. Là c’est moi qui réclame du rabe.

Il est 23h et quelques stalactites, on est ronds comme des bariques, pleins comme des outres. La poignée de main de Solfinn contient autant de chaleur que ses petits verres magiques. J’espère, mais n’en doute pas, qu’il passe tous mes remerciements à cette équipe de dingue. Thank you guys, we’ll be back !

De là, sois tranquille, tu ne sentiras pas les -4 degrés, ni même la neige qui se faufile dans tes Nike dunk, encore moins les 20 minutes de marche non rectiligne jusqu’à ton lit douillet. Et tu sais quoi, magie des vins nature, tu peux laisser ton doliprane 1000 au fond de la valoche.

kys kys

MANFRED
2200 København, Danmark
36 96 65 93

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Un commentaire ?